Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Réunion avec la section de Madrid

Partager cet article

J’ai toujours le même plaisir à venir en Espagne. J’aime retrouver la luminosité du ciel, la ville majestueuse et si vivante à la fois. Après une journée de rendez-vous et de travail et quelques tapas consommés dans le café à côté du lieu de la réunion celle-ci débute vers 20h30 au siège du syndicat socialiste espagnol l’UGT. Nous sommes quatre conseillers AFE ce soir. Monique et Soledad qui ont brillament été élues à Madrid, Jean-Yves et moi-même. Nous retrouverons le troisième conseiller élu pour l’Espagne, Jean Nesins, à Barcelone.

Une dizaine de membres de la section sont présents. Ils me rappellent les camarades de Dublin, jeunes, souvent nouveaux au parti et surtout motivés par l’envie de faire changer les choses et de combattre la politique du gouvernement de Nicolas Sarkozy qu’ils n’ont pas choisi. Seule différence nous parlons de l’Espagne plutôt que de l’Irlande.

La droite espagnole, très dure, a été l’élément motivant pour rejoindre le Parti socialiste français pour Jean-Sébastien. Ils ont tous envie d’être actifs mais se demandent si leurs idées seront entendues. Ils doutent de l’avenir mais pensent que ce n’est pas le moment de décrocher. Nous sommes à un moment important où nous pouvons donner au Parti une nouvelle direction. La gauche européenne est en pleine mutation et nous parlons de ce qui se passe en Italie.

Après un tour de table pendant lequel nous nous présentons nous parlons beaucoup de l’Union européenne. Je défends la tenue d’un référendum et le besoin d’une Europe forte qui tienne toute sa place dans le monde. Nous abordons la politique de Nicolas Sarkozy et dénonçons la brutalité de sa politique. Il a mis le feu aux banlieux en 2005. Il a mis le feu en Afrique avec son discours raciste de Dakar et son sauvetage au Tchad, action dangereuse puisqu’elle met en danger les communautés françaises qui vivent sur place.

Les questions sont posées sur des problèmes de fond comme le droit au logement surtout nié aux jeunes et la crise mondiale actuelle. Nous parlons aussi de la sénatoriale qui nous amène à rencontrer à nous déplacer. Je me rends compte combien, nous, Français de l’étranger, avons une vision globale des problèmes parce que nous sommes, d’une part imprégnés de la culture dans laquelle nous avons choisi de vivre, et avons la chance d’ajouter à notre connaissance de la politique française une analyse de ce qui se passe dans nos pays de résidence et d’en retirer les points positifs et négatifs. Quelle richesse!

La réunion est présidée par Valérie qui représente admirablement bien cette dynamique et fort sympathique section de Madrid. Il est 22h30 et le moment de continuer la discussion autour d’autres tapas et d’un verre.


Partager cet article