Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Nous sommes tous des Maliens quand le Mali est attaqué (6 mai 2013)

Partager cet article

Cérémonie de remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix

Cérémonie de remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix – www.elysee.fr

 

 

L’UNESCO honore le président de la République pour son action en faveur de la paix

 

 

J’ai assisté hier à l’Unesco à la remise du prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix au président de la République.

 

Créé par l’UNESCO en 1989, le prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix honore les personnes et organisations ayant contribué de manière significative à la promotion et au maintien de la paix dans le monde.

 

Parmi les illustres anciens lauréats du prix, on peut citer Nelson Mandela, Yitzhak Rabin, Shimon Peres, Yasser Arafat, ou encore Luiz Inácio Lula da Silva. 

 

Le chef de l’Etat a reçu cette distinction pour sa contribution à la paix et stabilité au Mali et dans la région sahélienne. Le Président malien Doncounda Traoré a exprimé sa gratitude et salué la collaboration au Mali comme « une nouvelle page de la solidarité humaine ».

 

Plusieurs présidents de l’Afrique de l’Ouest et de pays de la région sahélienne étaient présents : Boni Yayi, président du Bénin, Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, Alassane Ouattara, président de Côte d’Ivoire, Dioncounda Traoré, président du Mali, Mohamed Ould Abdel Aziz, président de la Mauritanie, Mahamadou Issoufou, président du Niger, Idriss Déby Itno, président du Tchad, et Macky Sall, président du Sénégal.

 

Le président de la République a souligné l’urgence de l’intervention militaire française au Mali. “Face à la haine, on se devait d’intervenir… tout retard aurait été désastreux. C’est pour les femmes et les enfants de l’Afrique que la France est intervenue.”

 

« Votre décision d’engager la France au Mali, à la demande du Président Traoré et avec l’appui des Nations Unies, pour protéger le peuple malien et son patrimoine, votre mobilisation personnelle et constante nous grandissent et nous rappellent que ce qui nous rassemble est plus profond que nos différences – d’origines, de langues, de religions », a déclaré la Directrice générale en s’adressant au Président Hollande. 

 

Le président de la République a estimé que la situation au Sahel restait à ce jour fragile. « Le combat n’est pas fini (…) Il y a encore beaucoup à faire au Mali et au-delà. C’est une grande partie de l’Afrique qui est aujourd’hui menacée. L’enjeu, c’est de tout faire pour renforcer les capacités des pays africains pour qu’ils puissent assurer eux-mêmes leur sécurité ». « Le rôle de la France, le rôle de l’Europe, c’est de leur donner tous les moyens, formation, équipement, encadrement, pour leur donner la possibilité d’assurer cette mission, pas seulement pour l’Afrique, pour la paix et la sécurité du monde ».

 


Partager cet article