Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Etats généraux des Alliances françaises en Afrique du Sud (9-11 octobre 2015)

Partager cet article

Les Etats généraux des Alliances Françaises (AF) du continent africain et de l’océan indien ont réuni de nombreux participants pour deux jours d’échanges et de débats autour de tables rondes et d’ateliers de formations. Les thèmes retenus "Le français, vecteur d’intégration et de cohésion sociale", "La mobilité universitaire internationale : quels enjeux ?" ou encore "La culture en partage" montrent bien que la mission des Alliances françaises, comme celle de l’Institut français, va bien au-delà de l’ enseignement de la langue.

Le président de la fondation Alliance française, Jérôme Clément, a dévoilé son ambitieux programme de développement et modernisation du réseau alors qu’Anne Grillo pour le ministère des Affaires étrangères a présenté ses grands axes de travail. De nombreux éditeurs, présidents des AF en France et représentants de Campus France, l’Agence Universitaire de la Francophonie et l’IFAS étaient aussi présents. Je suis intervenue dans la séance d’ouverture (cliquez ici pour télécharger le discours que j’ai prononcé). En clôture de la sénace plénière, le Secrétaire général de la Fondation Alliance française, M. Bertrand Commelin, a également prononcé un discours très structurant et plein de vision pour l’avenir de l’AF en Afrique. Retrouvez ici son discours

Ce déplacement m’a permis de faire le point avec notre consul Raymond Quereilhac sur la présence française en progression constante depuis 2008, l’activité consulaire pour la poursuite de la simplification des démarches ainsi que notre politique des visas, un enjeu d’attractivité. Hélène Bezuidenhoudt pour Atout France et Serge Boscher m’ont confirmé à la fois le dynamisme de nos activités économiques dans de nombreux secteurs d’activité et celui de la communauté française présente en Afrique du sud, terre d’opportunités aux importants besoins en main d’oeuvre qualifiée, mais entravée par le durcissement de la législation sur l’immigration.

Je ne pouvais repartir sans rencontrer Nawaz Nujurally et les amis que je retrouve toujours avec le même plaisir. Le conseiller consulaire, Blaise Anelone, très à l’écoute de la communauté qu’il représente, m’a parlé de l’exercice de son mandat en matière notamment d’action sociale et d’assistance apportée aux personnes rencontrant diverses difficultés.


Partager cet article