Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Réponse à ma question écrite sur le rapprochement entre l’Institut français et la Fondation Alliance française

Partager cet article

J’ai posé une question écrite à la mi-novembre au Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur le rapprochement entre l’Institut français et la Fondation Alliance française.

Je viens d’en obtenir la réponse :

Texte de la question : Mme Hélène Conway-Mouret interroge M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur le réseau culturel français à l’étranger. Lors de son audition du 24 octobre 2017 à la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, il a en effet affirmé étudier « la pertinence d’un rapprochement entre l’institut français et la fondation alliance française, afin de favoriser les synergies et de décupler notre action dans le domaine culturel ». Une première convention triennale entre le ministère, l’institut français et la fondation alliance française a été signée en ce sens en octobre 2010, prévoyant un rapprochement des identités visuelles du réseau associatif et du réseau public ainsi qu’une coordination tant dans leurs implantations géographiques que dans la réalisation d’actions communes. Une convention de partenariat tripartite a été signée par la suite en 2012, pour renforcer les synergies entre l’institut français et l’alliance française. Elle souhaiterait connaître le bilan qu’il tire de cette relation partenariale instaurée il y a sept ans et les pistes d’approfondissement actuellement à l’étude.

Réponse de M. le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères
Texte de la réponse : Les champs d’application de la coopération entre l’Institut français (IF), et la Fondation Alliance Française (FAF), ont été précisés dans une convention tripartite signée avec le MEAE en juin 2012. Celle-ci porte, notamment, sur le domaine de la formation des personnels du réseau. Les deux premiers signataires se sont en effet accordés pour mettre en place un groupe de concertation et d’échanges périodiques sur leurs programmes et calendriers respectifs favorisant, autant que possible, l’élaboration d’actions de formations croisées ou conjointes à destination des personnels de l’ensemble du réseau ou, plus spécifiquement, ciblées sur ceux des alliances. Dans ce cadre, en 2016, sur la totalité des personnes bénéficiaires des actions de formation mises en œuvre par l’Institut français, 45 % d’entre elles exerçaient en Alliance. Par ailleurs l’ensemble des dispositifs de programmation culturelle de l’Institut français ont été ouverts aux Alliances françaises (appels à projets artistiques, Fonds d’Alembert pour le débat d’idées, plan d’appui aux médiathèques, fonds numérique d’appui à l’enseignement du français, etc.). Les Alliances françaises ont aussi pu bénéficier des plateformes numériques développées par l’IF au profit du réseau (Culturethèque, IFcinéma notamment) et différentes actions, communes aux deux réseaux, ont été développées, avec succès, à l’échelle d’une ville, d’un ou de plusieurs pays (comme les tournées régionales). En parallèle, un important travail de rationalisation est mené par le MEAE afin de garantir une véritable complémentarité de notre dispositif culturel et linguistique en termes d’implantation géographique. Réalisé, depuis 2015, en concertation étroite avec la Fondation Alliance française, ce travail a permis de supprimer certains « doublons » ou, en cas de maintien d’une double présence dans une même ville, d’établir des conventions mutuellement consenties, lesquelles ont précisé les missions respectivement dévolues à chacun des partenaires. La baisse tendancielle des crédits publics nous amène à renforcer l’effort, déjà engagé, de complémentarité et de mutualisation entre les deux institutions centrales, l’IF et la FAF. C’est pourquoi, Le Président de la République, lors de son discours aux ambassadeurs, le 29 août 2017, a indiqué qu’il souhaitait « mener à bien le rapprochement de l’Institut français et de la Fondation Alliance française ». Sont ainsi actuellement étudiées, dans le cadre de de la mission confiée par le Président de la République à l’ambassadeur de France, Pierre Vimont, les modalités d’un rapprochement entre ces deux partenaires, afin de favoriser les synergies et de renforcer notre action dans le domaine culturel, plus particulièrement dans celui de la promotion de la langue française et cela au bénéfice des deux réseaux à l’étranger : celui public des instituts français et celui associatif des alliances françaises (98 instituts français et leurs 137 antennes et 822 alliances dont 383 conventionnées avec le MEAE). Ce rapprochement servira l’ambition plus large, réaffirmée également par le Président de la République, de mener une politique offensive et innovante en matière de promotion de la langue française, levier essentiel de la diplomatie d’influence française, de l’attractivité de la France et de sa culture. L’objectif est ainsi de gagner en cohérence et en efficacité au niveau du dispositif parisien pour renforcer encore l’impact de notre action culturelle et linguistique sur le terrain (telle qu’elle est portée par le double réseau des IF et des AF) et donner une plus grande lisibilité et visibilité, ainsi qu’un plus fort impact, à notre action culturelle et linguistique.


Partager cet article