Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Ma mission en Roumanie sur la Politique européenne de Sécurité et de Défense (PESD)

Partager cet article

La conférence interparlementaire pour la politique étrangère et de sécurité commune et la politique de sécurité et de défense commune a réuni les délégations parlementaires des 28 pays à Bucarest. Pour nous c’est une occasion unique de rencontrer et d’échanger avec nos homologues spécialistes de ces questions. Nous étions une délégation de trois sénateurs et deux députés pour intervenir dans les débats et présenter la position de la France dans les différents ateliers.

Avant l’ouverture de la conférence notre ambassadrice, Michèle Ramis et le colonel Flavien Garrigou-Grandchamp, attaché de défense régional nous ont parlé de notre relation bilatérale et des efforts de coopération déployés par la France auprès de nos amis roumains.

Entre les réunions des commissions des Affaires étrangères et de défense des parlements membres du sud de l’UE, les réunions des groupes politiques pour parler élections européennes dans nos pays respectifs et les sessions et tables rondes, animées par nos hôtes, nous avions une compréhension beaucoup plus claire de la vision de nos partenaires, qui ne partagent d’ailleurs pas forcément la nôtre. Le débat sur le partenariat oriental, la stratégie de l’UE pour la région du Danube et l’importance stratégique de la Mer Noire sur l’agenda de l’UE ouvre d’autres perspectives sur les priorités telles qu’elles sont perçues par les pays européens à l’Est et au centre du continent. Leur analyse de l’avenir de la sécurité européenne est naturellement basée sur d’autres critères que les nôtres. Ils parlent de la menace russe quand nous parlons terrorisme. Nous nous retrouvons, par contre, sur la gestion des flux migratoires et le besoin d’une réponse collective. Divergence enfin sur la solidarité et l’obligation des pays à participer à la gestion des nouveaux arrivants. Le triangle PSDC : CARD-PESCO-EDF ainsi que l’avenir de la PESC/PSDC dans la perspective du Brexit a aussi été un moment fort des débats. Il a bien sûr été question de la cyber-sécurité et la guerre hybride ainsi que de la mobilité militaire où l’atlantisme de certains pays s’est heurté à la vision plus européenne des autres en matière d’autonomie stratégique. La question très politique d’un élargissement et un engagement renforcé de l’UE envers les Balkans occidentaux a clôturé ces deux jours intenses de discussions, si nécessaires si nous voulons avancer ensemble sur une véritable défense européenne qui participera à la sécurité de ses populations sur l’ensemble du continent.

Nous en avons profité, avec mon co-rapporteur sur la mission « défense européenne », pour rencontrer M. Calin Popescu-Tariceanu, président du sénat, madame Simona Cojocaru, directrice des politiques de défense, ministère de la Défense et madame Ana Cristina Tinca, directrice des politiques de sécurité, ministère des Affaires étrangères Nous avons ainsi pu répondre aux questions suscitées par la tribune du président Macron, publiée dans la presse européenne et questionner nos interlocuteurs sur leur vision.

Le 8 mars nos hôtes ont proposé de rassembler les femmes parlementaires et administratrices pour une photo de famille. Une façon de se rappeler que nous avons encore quelques efforts à faire pour atteindre la parité dans la représentation nationale, certains pays nous donnant l’exemple !

Et puis j’ai rencontré nos amis Serge Rameau, Romain et Guillaume Heuzard de Français de Monde/ADFE pour un échange sur notre communauté française établie en Roumanie, avec la surprise de croiser Ilie Nastase.


Partager cet article