Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Compte-rendu du comité interministériel relatif au réseau des écoles, collèges et lycées français à l’étranger

Partager cet article

Dès 2013, je lançais, en tant que Ministre déléguée représentant les Français établis hors de France, des réunions interministérielles entre le Ministère de l’Education nationale et le Quai d’Orsay. Je suis heureuse de voir que ce légat se perpétue aujourd’hui avec la convocation d’un conseil d’orientation de l’enseignement français à l’étranger entre le Quai d’Orsay, l’A.E.F.E, la rue de Grenelle et les parlementaires, notamment pour dresser un état des lieux de nos établissements à l’étranger. Ce conseil d’orientation a vocation à renforcer le pilotage de l’enseignement français à l’étranger. Les travaux du Conseil ont porté sur la mise en œuvre de la continuité pédagogique grâce à la mobilisation des outils numériques, en particulier le dispositif ” Ma classe à la maison” du CNED.

Les enjeux de formation des personnels enseignants, de capacités d’investissement immobilier et de gestion des ressources humaines ont également été débattus. En renforçant la coordination de la gestion des ressources humaines sur l’ensemble du réseau, les deux ministères ont rappelé le rôle essentiel de l’AEFE pour développer une approche globale et stratégique des besoins de personnels, notamment, les personnels détachés de l’Éducation nationale, près de 8500 aujourd’hui dans le réseau. Les Ministres ont rappelé l’importance de la mise en place des instituts régionaux de formation (IRF) à l’étranger.

Il s’agit également de créer des vocations depuis la France. La création d’un certificat d’aptitude à l’enseignement français à l’étranger pour les diplômés de master MEEF et les professeurs français doit permettre de constituer un vivier de futurs professeurs à l’étranger. Ils sont déjà une centaine après une phase d’expérimentation lancée dans 8 académies. Des professeurs stagiaires pourront également être accueillis, dans le réseau, tout particulièrement en Europe.

Enfin, l’AEFE, opérateur de l’État en charge du développement du réseau, intégrera prochainement le consortium de l’E-INSPE, plateforme de formation en ligne afin de développer une offre de contenus et de parcours spécifiques à l’étranger et de faire bénéficier les professeurs de France des innovations développées dans le réseau. Un séminaire interministériel sera organisé en 2021 afin d’aborder cette question de la formation avec l’ensemble des partenaires.

S’agissant des questions pédagogiques, les discussions ont porté sur la mise en œuvre de la réforme du baccalauréat et son internationalisation, ainsi que sur l’enseignement de la langue arabe dans les écoles, qui concerne plus de 150 000 élèves dans le réseau.

Le réseau des établissements d’enseignement français à l’étranger accueille près de 370 000 élèves, dont 67% d’élèves étrangers, dans 540 établissements de 138 pays.

Un soutien aux familles a été apporté dès le mois de mai 2020 pour certains établissements du réseau et à partir d’octobre 2020 à tous les établissements.

100 millions d’€ pour les programmes 151 et 185 ont été accordés à l’A.E.F.E. dans le cadre du Projet de loi de Finances 2021. 50 millions d’avance de trésorerie ont également été octroyés à France Trésor.

Une sortie de crise pour les établissements du Réseau A.E.F.E. est envisageable à la rentrée de septembre 2021.

Dès le 1er mars, une réunion relative aux bourses et aux critères d’attribution sera convoquée par l’A.E.F.E. Le suivi et l’accompagnement de chacun des établissements va rester la priorité de l’Agence.

Pour ce qui concerne le C.N.E.D., le dispositif ” mon école à la maison ” a été mis en place dès février 2020, notamment en direction des établissements situés en Asie où la pandémie a débuté. Cet outil a permis de suppléer l’enseignement dans les établissements.

Pour la Mission Laïque Française (M.L.F.), premier acteur historique du réseau, à la tête de 111 établissements et une vingtaine d’actions à vocation éducative. LA M.L.F. a été affectée par la crise, perdant environ 4 % de ses effectifs, avec une perte de 12 % des effectifs notamment au Liban (représentant, en année scolaire 2020-2021, une perte de 10 millions d’€), alors que dans d’autres pays, la situation se maintient comme c’est le cas au Maroc.

Les parents d’élèves regroupés sous la bannière de la F.A.P.E.E. constatent également la difficulté pour les élèves dans un contexte sanitaire mondialement très compliqué. Ils demandent un siège à l’A.E.F.E en tant que représentant des parents d’élèves et de mettre en œuvre ce qui avait été décidé en 2019.

Les syndicats de professeurs demandent une rallonge de budget concernant les moyens qui sont accordés. Néanmoins, les familles fréquentant les établissements du réseau y sont restées fidèles. Une demande particulière serait la désignation d’un référent laïcité dans chacun des établissements.

Selon le Directeur général de l’enseignement scolaire (DGesco), rappel du travail autour de la formation qui permet maintenant de faire ses stages de Masters à l’étranger, dorénavant dans le réseau à l’étranger. La volonté du Ministère de l’Education nationale est de travailler main dans la main avec le Quai d’Orsay.

Le réseau Canopé insiste sur sa volonté de partager son expérience à l’international auprès de tous les partenaires pour notamment renforcer les filières de formation.

L’A.E.F.E. a souhaité mettre en place des nouveaux dispositifs notamment sur l’attractivité, renforcer la qualité de la continuité pédagogique, améliorer les outils numériques en lien avec l’ensemble du réseau.

Concernant le réseau Odyssey, représenté par M. Luc Chatel, l’exigence pédagogique et l’excellence académique doivent être les seules boussoles. Nous devons être à la pointe de la modernité dans tous les domaines. Ce conseil doit être le lieu où nous devons lancer des chantiers autour de la formation des enseignants notamment.

Les 3 ministres Jean-Yves Le Drian, Jean-Baptiste Lemoyne et Jean-Michel Blanquer rejoignent le comité après une heure de réunion.

Le Ministre des Affaires étrangères insiste sur le caractère particulier de l’année achevée avec la crise pandémique, 520 établissements sur 522 sont passés au distanciel, mais aucun n’a abouti à une fermeture définitive. Le Ministre se satisfait que le réseau ait tenu en assurant la continuité pédagogique et en se reposant sur l’A.E.F.E., les différentes associations partenaires et les parents d’élèves. Ceci grâce notamment à une aide de l’Etat de 150 millions d’€. L’Etat continuera à soutenir le réseau grâce à l’expérience de l’année passée. La France a eu à connaître de graves difficultés en raison de l’assassinat de Samuel Paty faisant de chaque établissement à l’étranger une cible. Il est rappelé que tous les partenaires soient associés autour de l’A.E.F.E. pour le développement des formations.

Le Ministre de l’Education nationale insiste sur les circonstances pénibles de l’année 2020. Il remercie notamment l’AEFE, la MLF et tous les enseignants qui se sont mobilisés autour de nos valeurs communes quand la France a été attaquée avec l’assassinat de Samuel Paty. Il réaffirme l’exigence de qualité de notre enseignement avec le rayonnement de nos diplômes à l’étranger et ainsi renforcer l’attractivité de nos établissements. Des enseignements de spécialité seront bientôt développés, notamment formation des disciplines sportives et amélioration des conditions de passage du baccalauréat avec sa réforme actuelle. Il s’agit, dès l’année 2022, un baccalauréat à visée internationale. Le renforcement de l’excellence de nos professeurs est également un axe sur lequel travaille fortement le Ministère de l’Education nationale. Concernant la mobilité internationale, il faut s’attacher aux conditions d’exercice de la profession de nos professeurs, ce qui induit une coordination des mouvements de personnel.


Partager cet article