Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Mon déplacement à Abu Dhabi

Partager cet article

Du 20 au 24 février, j’ai participé à une mission, organisée par notre ambassade aux Émirats arabes unis (EAU), en compagnie de quatre parlementaires, à l’occasion du salon d’armement émirien « IDEX ».

Nous sommes allés à la rencontre de nos industriels, regroupés dans le « pavillon France », en présence de la ministre des Armées. Ce fut l’occasion d’échanger sur le marché international et de constater la présence de nombreuses PME et ETI françaises, du GICAN et du GICAT aux côtés de nos grands groupes. L’équipe France, solidaire et présente dans tous les domaines, a profité de la vitrine offerte par ce salon pour présenter son savoir-faire et l’excellence de ses matériels. On comprend alors mieux la place qui est réservée à la France dans les instances internationales. 

La délégation a également visité la base aérienne française 104 située à Al Dhafra, la base terrestre du 5ème régiment de cuirassiers où nous avons assisté à un exercice de préparation au combat urbain et enfin la base navale française d’Abou Dhabi. Ce fut l’occasion de rencontrer le Commodore danois de l’opération EMASoH-Agénor, mission européenne de surveillance maritime, fermement inscrite dans une mission d’apaisement des tensions régionales. Nous avons terminé avec la visite de l’état-major de guerre des mines déployé temporairement sur la base navale française.

Nous avons rencontré le sous-secrétaire d’État à la défense, Monsieur Al Dhareri, qui nous a exposé les menaces qui pèsent sur la région, en insistant particulièrement sur la menace terroriste. Il a également souligné l’importance de la mission de surveillance du détroit d’Ormuz. Il s’est réjoui de l’excellente coopération entre nos deux pays, notamment dans le secteur culturel.

Nous avons d’ailleurs visité le musée du Louvre d’Abou Dhabi qui a été une véritable révélation de l’engagement concret de la France. Nous n’avons pas eu le temps de nous rendre à La Sorbonne d’Abou Dhabi mais avons rencontré des guides et traductrices, diplômés de cette université, à l’excellent niveau de français. 

Dans la suite de nos rencontres bilatérales, nous nous sommes entretenus avec le président du comité de défense, Monsieur Al Yammahi, accompagné de six de ses collègues. La parité du conseil national et du comité est parfaitement respectée et la jeunesse de ses membres nous a agréablement surpris. La ministre de la jeunesse, Madame Al Mazrui, a 22 ans. Notre échange a porté sur la nécessité d’un partenariat de sécurité et de défense entre nos deux pays et d’une coopération militaire solide afin de lutter au mieux contre le terrorisme. Des Émirats arabes unis forts représentent la garantie d’un meilleur équilibre et d’une plus grande stabilité de la région. Ils s’inscrivent dans une politique de désescalade des tensions avec l’Iran, tout en adoptant une position ferme. Le développement d’une industrie de défense leur permet également de diversifier une économie dépendante du pétrole. La normalisation des relations avec Israël a permis la présence d’industriels pour la première fois au salon IDEX. Les EAU espèrent bénéficier d’opportunités de coopération bilatérale dans les secteurs innovants. 

Une visite n’est jamais complète si je ne rencontre pas des compatriotes. Le conseiller des Français de l’étranger Alain Thevenot m’a décrit les évolutions de notre communauté, notamment en réaction à la pandémie. Nous avons longuement échangé et nous avons été rejoints par Nathalie Gilet que j’avais rencontrée lors de mon dernier passage. Ce que je disais dans mon discours devant la communauté reste d’actualité (cliquez ici pour retrouver mon discours). Le conseiller William Gueraiche m’a parlé de Dubaï au téléphone, le temps et la distance empêchant notre rencontre. Enfin, la présidente de Français du Monde Sylvia Lilin m’a parlé des questions de scolarité, des difficultés rencontrées par certaines familles et des événements que les associations organisaient souvent ensemble afin de toucher plus de monde. Maximilien, lui, m’a parlé de son expatriation et son travail dans une grande entreprise, la vie de nombreux jeunes français, portés par l’énergie et l’ambition d’un pays engagé dans des projets d’avenir. 


Partager cet article