Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Mon déplacement à Genève

Partager cet article

J’aime le voyage en train de Lyon à Genève. Cela me permet, “au rythme du train, et au bruit des portes, des voix, des essieux grinçant sur les rails congelés” de remonter le Rhône, fleuve roi, comme le présente si bien l’exposition sur les grilles du jardin du Luxembourg, mon dernier projet en tant que vice-présidente du Sénat. Et puis, dès que  j’aperçois le jet dans le lac, je sais que je vais rencontrer de nombreux amis, même si j’ai l’occasion d’aller plus souvent à Lausanne pour la fondation Jean Monnet qu’à Genève.

 

J’ai eu grand plaisir à retrouver dès mon arrivée le consul général, Patrick Lachaussée, en compagnie de représentants de l’importante communauté française – 185 000 inscrits au registre – qui y réside. Je pense notamment à la présidente du Cercle français de Genève. J’ai abordé les questions éducatives et culturelles avec Emmanuel Coigny, président du GESBF et la présidente de l’Alliance française Jacqueline Cadei-Millot et les questions financières avec Franck Bonin, PDG de la Société générale suisse.

Nous avons enchaîné par une visite de l’école française de Genève que je connais bien pour parler de son projet d’agrandissement et d’expansion nécessaire. Beau succès de coopération éducative entre nos deux pays et petit laboratoire d’une belle histoire dont beaucoup de familles profitent depuis longtemps, l’école est dirigée avec intelligence, pédagogie et générosité par le président Bernard Revol et le directeur Sébastien Gibert.

De retour au consulat, j’ai rencontré l’ensemble des agents qui travaillent maintenant en présentiel après plus d’une année passée majoritairement en télétravail. J’ai enchaîné les réunions d’abord avec la cheffe de chancellerie, Lise Mérigaud et Gregory Hamon, chef de secteur pour évoquer les problématiques administratives particulières rencontrée par ce poste fort de ses 40 agents qui délivrent, en autre, 6 000 actes par an ! 

En compagnie du consul général, j’ai ensuite rencontré les conseillers des Français de l’étranger nouvellement élus : Guillaume Grosso, Margaux Isler, Guilhem Kokot, Elenore Coroit, Nicolas Lang, Marlène Colette, Joachim Son-Forget, Nicolas de Ziegler, Linda Chevalier. J’ai répondu à leurs nombreuses questions sur l’organisation du conseil consulaire, l’exercice de leurs mandats et surtout je leur ai rappelé l’esprit de la loi de juillet 2013 qui leur confère une grande liberté d’action. Tous les nouveaux élus ont la possibilité d’aller plus loin dans cette mandature et la législation suivra pour les accompagner. La période que nous venons de traverser à démontrer combien ils étaient utiles à celles et ceux qu’ils représentent, tout autant qu’à l’administration qu’ils ont soutenue et aidée dans sa communication et l’aide apportée aux plus vulnérables. C’est bien là le propre d’un représentant d’une communauté: aider, accompagner, conseiller ou proposer ce que tous ont fait ou ferons avec dévouement, j’en suis convaincue. 





J’ai terminé cette journée par une rencontre, autour des conseillers élus Guillaume, Margaux et Guilhem, de quelques membres de leur liste Yann, Carole, Antoine, Rémi, IIham,Laurent . Nous nous sommes quittés avant la victoire de la Suisse sur la France me permettant ainsi d’apprécier, jusque tard dans la nuit, l’exubérance et la joie d’un peuple souvent pensé comme réservé et discret.


Partager cet article