Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Mon intervention lors de l’audition du secrétaire général du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Partager cet article

Début novembre, la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat recevait en audition le secrétaire général du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, M. François Delattre. 

Dans le contexte de la réforme de la haute fonction publique, qui affectera le ministère, j’ai saisi cette occasion pour l’interroger sur les futures modalités de recrutement des secrétaires des affaires étrangères, sur la création de 43 postes supplémentaires annoncée par le ministre Jean-Yves Le Drian pour 2022 ainsi que sur le bilan de deux initiatives récentes (le Collège des Hautes Etudes de l’Institut diplomatique (CHEID) et l’Académie diplomatique d’été). Je me suis par ailleurs opposée à son affirmation selon laquelle la fermeture de l’Institut français de Valence était un cas isolé, rappelant au contraire la fermeture de l’Institut français d’Oslo, qui reste injustifiable. 

Le secrétaire général m’a répondu que ce serait les conditions de promotion et de parcours des secrétaires des affaires étrangères qui seraient touchées par la réforme et non leurs modalités de recrutement. Des discussions interministérielles ont actuellement lieu pour s’assurer qu’ils puissent intégrer le futur corps des administrateurs de l’Etat et ainsi accéder aux fonctions d’encadrement. S’agissant du CHEID et de l’Académie diplomatique d’été, le secrétaire général en tire un bilan très positif, estimant que ces initiatives témoignent de la volonté d’ouverture du ministère et de son attachement à la diversité  et permettent de faire connaître largement les actions de la diplomatie française. 

Le secrétaire général n’a pas répondu à ma question sur les 43 postes supplémentaires créés mais nous savons désormais que 40 de ces postes seront des postes d’apprentis, ce qui est très regrettable puisque cela ne résoudra pas sur le long terme l’insuffisance des ressources humaines, révélée de façon criante par la crise sanitaire. 

Retrouvez l’intégralité du compte-rendu de l’audition sur le lien ci-dessous : https://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20211101/etran.html


Partager cet article