Recevez ma newsletter

Hélène Conway-Mouret

Hélène Conway-Mouret

Sénatrice des Français de l’étranger

Que faire en cas de décès à l’étranger?

Partager cet article

En cas de décès à l’étranger dans la majorité des pays étrangers, vous devez déclarer à l’officier d’état civil local le décès d’un membre de votre famille, qu’il y habite ou y soit en voyage. Un acte de décès local sera alors établi. Si vous apprenez le décès par une agence de voyages, les médias ou tout autre moyen, contactez le centre de crise du ministère de l’Europe et des affaires étrangères.  Retrouvez dans cet article quelques conseils.

 

Article publié le 15 novembre par Leane Burtier sur Courrier Expat dans Courrier International

Le décès d’un proche est toujours un événement douloureux. Mais si en plus ce proche était en expatriation, les choses peuvent être encore plus difficiles : démarches administratives, éloignement, rapatriement du corps, barrière de la langue avec les autorités locales… Cette Lettre des expats vous donne les conseils nécessaires pour éviter que des complications administratives viennent s’ajouter au deuil.

Un proche décède à l’étranger : que dois-je faire ?

La première des choses à faire selon le site de l’administration française est de contacter les autorités du pays où ce proche était en expatriation. Qu’il y habite ou qu’il y soit en voyage, vous devez déclarer à l’officier d’état civil local le décès, pour qu’un acte de décès soit établi. Vous pouvez également vous diriger vers le service en ligne pour demander l’acte de décès. Si vous apprenez le décès par une agence de voyages, les médias ou un autre moyen, vous devez contacter le Centre de crise du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Si vous voulez ensuite faire transcrire l’acte de décès dans le registre d’état civil français, adressez-vous à l’ambassade ou consulat français du pays. Cette démarche n’est pas obligatoire mais recommandée, cela facilitera ensuite les démarches telles que la succession, la pension de retraite…

Le rapatriement du corps

Selon l’Union des Français de l’étranger (UFE), lors d’un décès à l’étranger la mise en bière se fait avant le rapatriement du corps. Pour ce dernier, dirigez-vous vers le consulat : c’est lui qui pourra vous conseiller, vous diriger vers des entreprises locales spécialisées, mais vous délivrera aussi l’autorisation de transport du corps ou des cendres. Pour cela, vous devez transmettre aux autorités consulaires une demande écrite faite par la famille pour le rapatriement, un accord écrit du médecin du lieu où a eu lieu le décès, ainsi qu’une autorisation des responsables du lieu où le corps a transité par la suite.

Attention cependant, le consulat peut vous conseiller et assurer le suivi des démarches du rapatriement mais celui-ci reste à vos frais, sauf si vous avez une assurance rapatriement.

Pour organiser ensuite les obsèques en France, d’après l’UFE vous disposez de six jours à compter de l’arrivée du corps en France pour procéder à l’inhumation.

Le soutien psychologique

Parce que penser aux démarches administratives est important mais ne fait pas tout, il faut aussi penser à votre santé mentale, car surmonter un deuil n’est pas évident. Essayez au maximum de vous entourer de votre famille ou de vos amis. Vous pouvez également faire appel à la plateforme téléphonique d’aide aux victimes : 116 006. Ce numéro est gratuit, disponible tous les jours de 9 heures à 19 heures.


Partager cet article